Home » » Devenir un investisseur immobilier à succès

Devenir un investisseur immobilier à succès

Dans l’achat d’une résidence, beaucoup de gens sont financés au-delà de leur capacité financière. Une des erreurs courantes est de ne pas prendre en compte les dépenses d’entretien ou de réparations nécessaires dans les édifices à logements.

Devenir un investisseur immobilier à succès


À la fin de l’année, les propriétaires s’aperçoivent que les revenus ne sont pas suffisants et qu’il manque deux ou trois mille dollars pour couvrir les frais. Le parc immobilier à Montréal est vieux et il faut prévoir investir au moins 40 $ par mois par appartement.

Il est toujours plus facile de prévenir que de guérir. Il est donc préférable de savoir identifier les immeubles qu’il ne faut pas acheter ou dont il faut se départir rapidement.

Il existe des signes assez évidents qui doivent susciter des questions chez les acheteurs éventuels comme par exemple les fissures dans les fondations ou dans les murs, la décoloration de la toiture, le lézardage de la brique. Des situations qui doivent aussi être jugées anormales sont des cernes d’humidité au plafond, des moisissures près des fenêtres ou sur les murs.

Un petit truc
Lors d’une visite, faire fonctionner tous les robinets d’eau froide en même temps que la chasse d’eau des toilettes des salles de bain permet d’évaluer la pression dans les tuyaux. Si elle chute, c’est le signe que la plomberie nécessitera éventuellement un investissement. Le prix de la propriété pourra s’en trouver négocié à la baisse.

Garder la tête froide
L’émotion peut jouer un rôle important dans la décision d’acheter une résidence ou non, spécialement si c’est pour y vivre avec sa famille. Par contre, il faut garder en tête que c’est au moment de l’achat d’un immeuble que l’on fait de l’argent et non pas lors de sa vente. En tant qu’investisseur, il faut garder le processus émotif le plus loin possible. Pas question de tomber en amour avec un édifice puisque la décision de le vendre peut devoir se présenter plus rapidement que prévu.

Pour maximiser son profit, l’investisseur doit déterminer la valeur de la propriété qu’il convoite en comparant l’immeuble avec les autres sur le marché, en analysant son coût de remplacement et en évaluant son revenu net.

À l’achat d’une propriété le nouvel acquéreur doit s’attendre à défrayer plusieurs coûts tels les soldes hypothécaires, les liens ou jugements, les intérêts, les dépenses de reprises, le certificat de localisation, les tests environnementaux s’il s’agit des gros immeubles et plusieurs frais comme les frais légaux, d’évaluation, d’inspection, de notaire et de mutation. À la vente d’un immeuble, le propriétaire doit par ailleurs s’attendre qu’environ 10 % du montant de la vente servira à couvrir les dépenses relatives à la transaction.

Le Club d'investisseurs immobiliers du Québec est un organisme à but non lucratif dont la mission est de permettre aux investisseurs immobiliers, tant débutants qu'avancés, d'avoir accès à des ressources les aidant à cheminer vers leurs objectifs.

5 commentaires:

  1. Quand vous dites « devenir un investisseur immobilier à succès », vous parlez bien d’un investisseur particulier et non professionnel. Est-ce qu’à Montréal, il existe des possibilités d’investissement en résidences seniors comme c’est le cas en France ?

    RépondreSupprimer
  2. En france il y a plusieurs options pour investir dans l'immobilier. Les résidences seniors en sont un exemple.

    RépondreSupprimer
  3. Il est aussi possible de se pencher sur les SCPI (société civile de placement immobilier).

    RépondreSupprimer
  4. En réponses aux 2 commentaires précédents, les ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendants) sont aussi un bon type d'investissement.

    RépondreSupprimer
  5. Ehpad = établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendants

    RépondreSupprimer

Vous aimerez aussi

Réalisez votre comparatif

Le Guide Immobilier

0 € d'impôt

-->